Hommage à une famille qui perpétue les traditions

Ce que je vous raconte ici vous révélera mon âge : j’ai eu de l’émotion à entendre, au début de ce mois, une publicité sur les ondes de Radio Métropole, pour un dîner gastronomique au Rond-Point Restaurant.

Ce n’était pas un jeudi, donc pas un jour de métro-rétro (1). L’invitation était pour le mardi 14 avril 2015. Ceci m’a ramenée au bon vieux temps, où tous les matins, Port-au-Princiens et Pétion-Villois entendions à la radio le menu du jour du restaurant le Rond-Point du bicentenaire, suivi de la phrase ne varietur : « dessert, café, à tout à l’heure ».

Cependant, l’invitation pour le 14 avril était différente : elle concernait l’événement le plus raffiné de l’année, avec un menu dégustation à six temps, préparé par le chef, de renommée internationale, Ivan Quevedo. Ce repas serait par ailleurs marié aux grands crus de la maison Moët et Chandon.

Le jour dit, je suis heureuse de pouvoir répondre à cette invitation, accompagnée de mon mari et d’un couple d’amis. En tant qu’Haïtienne, j’éprouve de la fierté à pénétrer dans le superbe Hôtel Kinam, érigé par une famille haïtienne grâce à des capitaux haïtiens, sur la Place Saint-Pierre de Pétion-Ville.

J’aime les traditions et j’apprécie que, pour perpétuer le Rond-Point, restaurant familial inauguré en 1949 par la famille Buteau, lors de l’exposition internationale du Bicentenaire de Port-au-Prince, les concepteurs du Kinam de Pétion Ville aient tenu à inclure un rond-point dans son aménagement. Ainsi, le restaurant, inauguré dans son nouveau local en 2014, donne vue sur un rond-point, tout comme le faisait le restaurant original qui dut abandonner la zone du bicentenaire malheureusement trop dégradée.

Ce 14 avril, donc, il est beau de ne voir que des bouteilles de Moët et Chandon parfaitement alignées dans la cave vitrée du bar, faisant face à l’escalier et à l’antichambre du restaurant. Le panneau de fond d’une partie de cette cave a été enlevé, afin de permettre à chacun de voir travailler le chef Ivan Quevedo, venu pour l’occasion de Mexico City, à travers la vitre et les bouteilles de champagne.

À notre arrivée, nous sommes chaleureusement accueillis au bar avec une flûte de champagne Moët Impérial. Edline, hôtesse gentille et élégante, nous invite ensuite à rentrer dans la grande salle du restaurant, dont le décor éclectique me séduit  : il offre un mélange de chaises Louis XIV avec des meubles de salon/”lounge » moderne, des lustres classiques luxueux, dotés d’une note de fantaisie grâce à des plumes noires ajustées sur leurs points d’attache au plafond. La pièce compte également des persiennes en bois tout à fait caraïbéennes et placées contre le mur du fond, ce qui permet de tamiser agréablement l’éclairage. Enfin, des miroirs, positionnés sur les murs, sont ornés d’encadrements habillés de céramiques et de plumes de pintades locales. À travers la grande baie vitrée, on voit la Place Saint-Pierre, toujours bien entretenue, au milieu de laquelle trône un énorme panneau d’affichage électronique aux mille coloris qui défilent. Cet élément donne une allure de modernité à Pétion-Ville et me laisse penser que je suis au « Time Square » d’Haïti.

Je reviens à notre dîner. Sitôt assis, le serveur, assigné à notre table, se présente. Il se nomme Zoro et nous confirme qu’il sera à notre service pour la soirée. Dans une des quatre flûtes de champagne placées devant chacun de nous, on nous sert encore du Moët Impérial, icône de la maison Moët et Chandon depuis 1869. On nous verse de l’eau dans les verres adéquats, en prenant la peine de nous présenter, auparavant, un plateau joliment garni de feuilles de menthe, de tranches de concombres, de citron vert et de citron jaune, pour aromatiser l’eau à notre goût.

Le repas est ensuite servi. Un sashimi pour commencer. Puis, suit mon plat préféré : le homard grillé à la Thaïlandaise, accompagné de gnocchis au parmesan rôti et foam de basilic frais. Mon mari, quant à lui, préfère les côtes de bœuf braisées pendant huit heures et accompagnées de purée d’edamame, d’oignons croustillants et de cresson, le tout servi avec du Moët et Chandon rosé. Par contre, les amis, qui nous accompagnaient, ont déclaré que le foie gras poêlé en sauce asiatique et compote de pommes à la vanille, servi avec un champagne gourmand, le Moët et Chandon Nectar Impérial, était, à leur sens, le meilleur plat. Le fait que chacun ait un plat favori différent me permet d’affirmer que tout était délicieux.

Avant de passer au dessert, Monsieur Geoffrey Bouilly, représentant de la maison Moët et Chandon, fait un tour des tables. Il se présente, sollicite notre opinion et nous annonce que le dessert, panna-cotta de vanille du terroir servi avec une biscotte au thé vert et fruits macérés au saké, sera accompagné de Moët et Chandon Ice Impérial, le premier et seul champagne spécialement créé pour être dégusté sur de la glace. Je savoure avec volupté la merveilleuse fraicheur de cette boisson délicate. Je suis heureuse de la découvrir au Rond-Point.

C’est que… ce n’est pas la première chose que le Rond-Point m’aura permis de connaître.

Dès mon jeune âge, mes parents avaient pour habitude d’amener mes sœurs et moi diner au Rond-Point, en fin d’année scolaire. C’était une sortie impatiemment attendue. Elle marquait le début des vacances d’été et c’était le seul repas au restaurant de l’année.  J’avais sept ans, quand, lors de l’un de ces repas, je commandai de la crème glacée pour dessert.

— Quel parfum ? me demande le garçon

À cet âge, je ne connaissais pas beaucoup de parfums. Il ne me fallait surtout pas perdre la face. Heureusement que ce jingle qui passait régulièrement à la Radio me revint en tête à ce moment-là :”Opéra, opéra, a, a, a, a de Coryse Salomé ». Je me tins un peu plus droite sur ma chaise et me retournai pour déclarer avec assurance :

— Opéra de Coryse Salomé.

Je n’ai jamais oublié les rires de toute ma famille. C’est au Rond-Point que j’ai appris qu’on disait parfum pour désigner la saveur d’une crème glacée et je trouve formidable que, cinquante ans plus tard, j’aie pu découvrir encore quelque chose de nouveau au Rond-Point, en l’occurrence, le Moët Ice Impérial, vendu en Haïti par les Établissements Didier Rossard.

 

(1) En Haïti, le jeudi, une des stations de radio les plus écoutées, Radio Métropole, offre une journée d’écoute appelée le « métro-rétro » : il ne passe sur les ondes que les anciens succès des années 60 et 70.

 

10 thoughts on “Hommage à une famille qui perpétue les traditions”

  1. Honnêtement, tu m’as fait saliver à la lecture de ce billet !! Que de bonnes choses à déguster vers chez toi avec, en prime, de beaux souvenirs revenus, un peu comme avec la madeleine de Proust…

    1. Je te remercie Emmanuelle. Je ne peux me priver du plaisir de partager ici le texte de Proust :
      LE TEXTE CELEBRE DE LA MADELEINE

      II y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n’était pas le théâtre et le drame de mon coucher, n’existait plus pour moi, quand un jour d’hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j’avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d’abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. II m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse : ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu’elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature. D’où venait-elle ? Que signifiait-elle ? Où l’appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une troisième qui m’apporte un peu moins que la seconde. II est temps que je m’arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n’est pas en lui, mais en moi. […] Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C’est à lui de trouver la vérité. Mais comment ? Grave incertitude, toutes les fois que l’esprit se sent dépassé par lui-même ; quand lui, le chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et où tout son bagage ne lui sera de rien. Chercher ? pas seulement : créer. II est en face de quelque chose qui n’est pas encore et que seul il peut réaliser, puis faire entrer dans sa lumière. Et je recommence à me demander quel pouvait être cet état inconnu, qui n’apportait aucune preuve logique, mais l’évidence, de sa félicité, de sa réalité devant laquelle les autres s’évanouissaient. Je veux essayer de le faire réapparaître. Je rétrograde par la pensée au moment où je pris la première cuillerée de thé. Je retrouve le même état, sans une clarté nouvelle. Je demande à mon esprit un effort de plus, de ramener encore une fois la sensation qui s’enfuit. Et, pour que rien ne brise l’élan dont il va tâcher de la ressaisir, j’écarte tout obstacle, toute idée étrangère, j’abrite mes oreilles et mon attention contre les bruits de la chambre voisine. Mais sentant mon esprit qui se fatigue sans réussir, je le force au contraire à prendre cette distraction que je lui refusais, à penser à autre chose, à se refaire avant une tentative suprême. Puis une deuxième fois, je fais le vide devant lui, je remets en face de lui la saveur encore récente de cette première gorgée et je sens tressaillir en moi quelque chose qui se déplace, voudrait s’élever, quelque chose qu’on aurait désancré, à une grande profondeur ; je ne sais ce que c’est, mais cela monte lentement ; j’éprouve la résistance et j’entends la rumeur des distances traversées. Certes, ce qui palpite ainsi au fond de moi, ce doit être l’image, le souvenir visuel, qui, lié à cette saveur, tente de la suivre jusqu’à moi. Mais il se débat trop loin, trop confusément ; à peine si je perçois le reflet neutre où se confond l’insaisissable tourbillon des couleurs remuées ; mais je ne peux distinguer la forme, lui demander, comme au seul interprète possible, de me traduire le témoignage de sa contemporaine, de son inséparable compagne, la saveur, lui demander de m’apprendre de quelle circonstance particulière, de quelle époque du passé il s’agit. Arrivera-t-il jusqu’à la surface de ma claire conscience, ce souvenir, l’instant ancien que l’attraction d’un instant identique est venue de si loin solliciter, émouvoir, soulever tout au fond de moi ? Je ne sais. Maintenant je ne sens plus rien, il est arrêté, redescendu peut-être ; qui sait s’il remontera jamais de sa nuit ? Dix fois il me faut recommencer, me pencher vers lui. Et chaque fois la lâcheté qui nous détourne de toute tâche difficile, de toute oeuvre importante, m’a conseillé de laisser cela, de boire mon thé en pensant simplement à mes ennuis d’aujourd’hui, à mes désirs de demain qui se laissent remâcher sans peine. Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l’heure de la messe), quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d’autres plus récents ; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s’était désagrégé ; les formes – et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot – s’étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d’expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir.

      Marcel Proust, À la recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann, 1913.

  2. Succulent, amusant! Ça fait plaisir de lire un article qui parle bien de personnes et de lieu de notre entourage.
    Merci, Agnès, de partager avec nous cette aventure!
    Ça faisait trop longtemps que je ne te lisais pas.
    Maintenant j’attends avec impatience de pouvoir “glisser les doigts” entre les feuilles des”Histoires d’Élisabeth”!

    1. Sandra, je suis ravie de ton intérêt à me lire et j’espère ne pas te faire attendre trop longtemps pour que te permettre de “glisser tes doigts” dans les pages “Des nouvelles d’Elisabeth”.

  3. Merci bien
    Pour nous avoir eloquemment entrainer a vivre des souvenirs q’on croirait avoir perdus
    Le Ron Point revit car un pays ne meurt jamais

    1. Merci Eddy d’être un fidèle lecteur de mon blog. Contente de faire revivre ces souvenirs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *